La pré-éclampsie pendant la grossesse touche près de 15 000 femmes enceintes chaque année. Pourtant, elle reste très peu connue des futures mamans. La pré-éclampsie est une des complications qui peut arriver en cours de grossesse. Quelles en sont les causes ? Quels risques pour la maman et le bébé ?


Découvrez Notre Sélection de Produits de Qualité pour Futures Mamans et Bébés


Pré-éclampsie définition 

Vous en avez probablement entendu parler “la pré-éclampsie”, c’est une des complications qui peut arriver en cours de grossesse. Typiquement, c’est une hypertension de la grossesse. Ça arrive généralement au cours du troisième trimestre. Cette hypertension de grossesse va avoir des conséquences sur les reins et sur le foie. De ce fait, la pré-éclampsie se traduit également par la présence de protéines dans les urines. D’ailleurs, à chaque fois que vous venez faire votre check-up pré-natal auprès de votre sage-femme ou de votre médecin, celui-ci va collecter vos urines pour faire une bandelette pour s’assurer qu’il n’y a pas de protéines dans les urines. C’est pour s’assurer qu’il n’y a pas la présence de pré-éclampsie. La tension artérielle est également vérifiée à chacun de vos rendez-vous pour s’assurer qu’il n’y a pas de pré-éclampsie.

Quels sont les symptômes d’une pré-éclampsie?

Les œdèmes

Il existe différents symptômes d’une pré-éclampsie. ça se manifeste généralement par des œdèmes qui arrivent soudainement. Ça peut être des œdèmes au niveau des jambes, au niveau des chevilles. Généralement, lorsqu’il y a une pré-éclampsie, ce sont des œdèmes qui arrivent soudainement au niveau du visage. Vous vous réveillez un matin et votre conjoint vous dit: “Mais qu’est-ce qu’il se passe? Ton visage a soudainement gonflé”.

Migraine et trouble de la vision

Cela peut se traduire également par des bourdonnements d’oreilles ou des troubles de la vision, des points noirs devant les yeux, ou alors des maux de tête très forts qui ne passent pas, malgré la prise de Doliprane. 

Mal de ventre

Ça peut également se traduire par des douleurs abdominales très fortes. Si on arrive à ce stade-là, c’est qu’on arrive à un stade de pré-éclampsie qui est déjà bien avancé. 

Les premiers signes d’une pré-éclampsie sont généralement les œdèmes, les maux de tête, les  bourdonnements d’oreilles, et les troubles de la vision. Lorsqu’une pré-éclampsie se développe, vous n’avez pas juste un symptôme, mais peut-être une association de un ou deux symptômes. Soyez vigilante à ces symptômes et si vous présentez l’un de ces signes, l’association de deux ou trois de ces symptômes, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre sage-femme.

Quels sont les risques d’une pré-éclampsie?

Défaillance de certains organes

Les risques d’une pré-éclampsie sont principalement maternels. Les risques sont principalement pour la future maman. Il peut y avoir des conséquences au niveau des reins, au niveau du foie. ll peut y avoir une défaillance de ces organes-là du fait de l’hypertension car du coup ces organes sont mal irrigués.

Retard de croissance intra-utérin

Si les organes sont mal irrigués, il y a un risque également que le placenta soit mal irrigué. Si le placenta est mal irrigué, dans ce cas-là, il y a moins de nutriments, moins d’oxygène qui arrivent au bébé. On peut aboutir vers une situation de retard de croissance intra-utérin. On en a parlé dans une précédente vidéo, je vous invite à la regarder si vous êtes concerné ou si cela vous intéresse. Ce sont les principaux risques de la pré-éclampsie.

Décollement du placenta

Un des risques de la pré-éclampsie, c’est le fait qu’il y a un décollement du placenta. Le décollement du placenta abouti généralement sur des pertes de sang noirâtres combinées à de violentes douleurs de ventre, des nausées, une sensation de faiblesse.

Éclampsie

Si la pré-éclampsie n’est pas diagnostiquée, si la pré-éclampsie n’est pas traitée, celle-ci peut dégénérer en d’autres syndromes que sont “l’éclampsie” ou alors “le HELLP syndrome“. Ce sont comme une pré-éclampsie mais très avancés. Dans le cas de l’éclampsie par exemple, des syndromes neurologiques, ça veut dire que l’hypertension a atteint le cerveau et dans ce cas-là, ça se manifeste par des convulsions etc. On n’en voit quasiment plus des éclampsies aujourd’hui parce qu’on diagnostique la pré-éclampsie tellement tôt que ça n’a pas le temps de se dégénérer en éclampsie.

Quel est le traitement d’une pré-éclampsie?

Surveiller la tension

La première chose que l’on va faire si on vous diagnostique une pré-éclampsie, c’est vous surveiller de très près. On va surveiller la tension artérielle de façon régulière. Nous allons également surveiller le bébé, s’assurer que le bébé grandit bien. On va s’assurer que le flux de sang entre vous et le bébé passe bien, donc on va surveiller les dopplers.

pré-éclampsie

Traitement anti-hypertensif

Si jamais la tension artérielle ne se stabilise pas, vous pouvez éventuellement avoir un traitement anti-hypertensif. Il est également possible le temps de stabiliser la pré-éclampsie qu’on vous hospitalise quelques jours pour vous monitorer de plus près et essayer d’équilibrer le tout.

Prise de sang

Si jamais vous avez une pré-éclampsie, on va également surveiller la fonction rénale et la fonction hépatique avec des prises de sang régulières pour s’assurer que la pré-éclampsie ne dégénère pas.

La pré-éclampsie pendant la grossesse

On va surveiller l’ensemble de ces critères. Typiquement, si tous les critères sont au vert, vous pouvez poursuivre votre grossesse sans aucun souci. C’est un petit peu comme le retard de croissance, on surveille. Tant qu’il n’y a pas de problème, tant que tout reste au vert et que tout est sous-contrôle, on poursuit la grossesse.

Accouchement provoqué

Par contre, si l’un des facteurs tourne orange, on va vous hospitaliser comme je le disais. Et si jamais l’un des facteurs tourne rouge, dans ce cas-là, ça dépend au terme auquel vous êtes. Mais il est possible qu’on préfère provoquer l’accouchement. On fait venir votre bébé, si les risques pour vous ou pour votre bébé sont trop importants.

Vous l’avez compris, un des principaux risques de la pré-éclampsie, c’est la prématurité, et c’est encore cette fameuse balance bénéfices-risques. Si jamais vous avez une pré-éclampsie, et que l’un des facteurs tourne orange. On va essayer de balancer entre les risques de la prématurité et les risques de la pré-éclampsie, si on poursuit la grossesse. Si on voit que la balance s’inverse et qu’on estime qu’il est plus risqué de poursuivre la grossesse avec la pré-éclampsie que de provoquer l’accoucher à un terme plus tôt. Dans ce cas-là, on procédera au déclenchement de l’accouchement, ou à la césarienne en fonction des conditions.

Si jamais la pré-éclampsie est telle que l’on doit vous hospitaliser et éventuellement penser à un déclenchement. Dans ce cas-là d’un accouchement prématuré, on préparera la venue de votre bébé prématuré, en vous donnant des médicaments pour faire développer les poumons du bébé, les corticoïdes. De façon à permettre, à l’arrivée du bébé, et à permettre le développement des poumons.

Ne vous inquiétez pas

Quoi qu’il en soit, si vous devez accoucher de façon prématurée, dites-vous que ça a été diagnostiqué assez tôt. Vous avez pu être référé vers une maternité d’un niveau adapté, et que les équipes dans ce type de maternité sauront prendre en charge votre bébé correctement. C’est ce qui permet d’ailleurs une bonne issue de ce genre de complication de la grossesse. C’est ce qui nous permet aujourd’hui de pouvoir rassurer les patientes, en leur disant, ne vous inquiétez pas, tout est sous-contrôle. D’ailleurs, c’est pour ça qu’on fait tous ces check-ups réguliers, pour essayer de canaliser ce genre de complication. Il n’y a pas d’inquiétude si ça arrive, on vous surveille de près. Et si jamais quelque chose doit arriver, vous êtes entre de bonnes mains.

Pré-éclampsie après l’accouchement

Suivi de la pré-éclampsie post-partum

Il y a quelque chose qu’il faut savoir également sur la pré-éclampsie, c’est que cette pathologie peut se poursuivre après l’accouchement. On parle de pré-éclampsie post-partum. Malgré le fait que votre bébé soit là, que tout se passe bien pour votre bébé, ce n’est pas encore gagné à 100% pour vous. On va encore continuer à bien surveiller la tension, et il est possible que vous poursuiviez votre traitement anti-hypertensif dans le post-partum, pour canaliser cette tension, qui peut mettre quelques jours voire même quelques semaines à se régulariser.

Pré-éclampsie et 2ème voir 3ème grossesse

Si jamais vous avez développé une pré-éclampsie pour cette grossesse, il est également très important pour les grossesses suivantes. Votre 2ème grossesse, votre 3ème grossesse… Il faut le signaler à votre professionnel de la santé, de façon à ce qu’on puisse mettre en place un traitement d’Aspirine. Ce traitement n’a pas tellement fait ses preuves, mais qui peut éventuellement prévenir d’une nouvelle pré -éclampsie, et on vous surveillera d’autant plus près. Car on sait que si jamais vous avez eu une pré-éclampsie au cours d’une précédente grossesse, vous êtes également plus à risque d’avoir une pré-éclampsie pour la grossesse suivante.