Bonjour! Alors, vous êtes au troisième trimestre de votre grossesse. Le deuxième trimestre, meilleur trimestre de la grossesse, je pense, d’après mes patientes, est terminé. Et vous allez donc du coup, débuter ce troisième trimestre avec de nouvelles choses, vous allez voir. Vous allez expérimenter de nouvelles sensations, j’ai envie de dire.

Alors chez BellyBulle, il n’y a pas de tabou. Voilà, on a décidé de vous dire les choses telles qu’elles, et on va faire en fait, un peu la liste des inconforts que vous pouvez éventuellement expérimenter au cours de ce troisième trimestre. Alors, vous n’allez pas forcément expérimenter tous les inconforts, peut-être quelques-uns, peut-être un seul d’entre eux. Certaines femmes et les plus chanceuses, et on ne les aime pas trop celles-ci généralement quand elles viennent nous voir et elles disent: « oh non moi je n’ai rien, tout va bien ». Voilà, elles sont quand même assez rares. La plupart du temps du fait de la fin de grossesse, du poids de l’utérus et de l’imprégnation hormonale, vous avez quand même ces petits inconforts qui s’étaient, entre guillemets, “mis en pause” au cours du deuxième trimestre et qui reviennent au cours du troisième trimestre. Alors, on va faire le listing un petit peu de ce que vous pouvez expérimenter.

Le premier inconfort que mes patientes me font revenir, ce sont les maux de dos.

C’est l’un des plus communs. Alors, pourquoi est-ce qu’on a des maux de dos au cours du troisième trimestre de la grossesse? L’imprégnation hormonale, on en a parlé également au cours du premier trimestre mais vous secrétez une hormone qui est la progestérone. Et cette progestérone a pour particularité de rendre tous vos ligaments très flexibles, très étirables, beaucoup plus mous, beaucoup plus soft. Et en fait, les ligaments qui soutiennent l’utérus, les ligaments… enfin, tous les disques intervertébraux au niveau de vos vertèbres, les ligaments entre les os du bassin sont beaucoup plus faibles. Et de ce fait, de cette grande flexibilité qui est très utile au cours du travail, vous avez du mal à garder une posture bien droite, et de ce fait s’accompagnent les douleurs musculaires, les maux de dos.

Alors, il n’y a pas que la progestérone. Il y a également d’autres raisons, le fait qu’en  effet, le ventre ait bien grossi, que votre bébé ait aussi bien grossi, tout ça, ça pèse, le liquide amniotique, le placenta, et du coup le centre de gravité se déplace. Et en fait, vous avez dû remarquer que vous vous cambrez beaucoup plus par rapport au premier trimestre de votre grossesse ou en dehors de la grossesse. Et du coup, vous accentuez la courbure du bas du dos et ce qui crée également des tensions musculaires, et du coup des maux de dos.

Alors, si jamais vous avez des maux de dos, que faire?

On va vous donner quelques petits conseils. Déjà, un des premiers conseils, ce sont… ben d’éviter les talons. Voilà, on n’est plus… Voilà, il y a des petites chaussures très sympas, des petites ballerines très jolies que vous pouvez mettre en cours de grossesse, mais c’est vrai que les talons ont tendance à accentuer la courbure du bas du dos, et du coup à favoriser une mauvaise posture et à augmenter les maux de dos.

Toujours pour en revenir à la posture, au moment où vous vous asseyez dans une chaise, déjà veillez à ce que la chaise ait un bon dossier. Vous pouvez également mettre un petit coussin dans le bas du dos. Et surtout, on n’y pense pas forcément mais de façon à diminuer la cambrure qui est dans le bas du dos, le mieux c’est de surélever ses genoux. En fait, le mieux c’est que les genoux soient au-dessus des hanches. Et du coup, ce que je conseille généralement à mes patientes, c’est quand elles sont assises pour de longues périodes, au travail par exemple, c’est de mettre un petit tabouret à leurs pieds, de façon à surélever les pieds, les genoux, et du coup à diminuer la cambrure du fait du basculement du bassin.

Alors, au cours de grossesse, on recommande également d’éviter le port de charges. C’est sûr, c’est toujours mieux. Maintenant, si vous êtes amenée à porter quelque chose de lourd, si jamais vous devez déménager justement pour avoir un appartement plus grand pour l’arrivée du bébé, et que vous devez porter des cartons, même si c’est pas forcément… ce qu’il y a de plus recommandé, vaut mieux laisser votre mari le faire. Si vous êtes quand même amenée à le faire, essayez de maintenir le dos bien droit, de garder une bonne posture et d’utiliser plutôt vos jambes plutôt que de courber votre dos. Donc, il faut essayer de descendre la plus droite possible en faisant fonctionner les  muscles des cuisses et des fesses.

Si vous êtes amenée à rester assise trop longtemps ou à rester debout trop longtemps, n’hésitez pas à changer de position, à marcher un petit peu, à vous assoir, vous lever. Le changement de position en fait, le fait de rester toujours dans la même position va favoriser les maux de dos. Donc, n’hésitez pas à bouger un petit peu.

Il y a également un objet qui peut vraiment vous aider à bien faire bouger votre bassin. Alors après ça dépend de quel type de métier vous faites, et si vous pouvez le faire ou pas, mais c’est ce sont ces grosses « yoga-ball » qu’on a vu aux cours d’active birth, des grosses boules en fait, sur lesquelles on s’assit en fait, qui permettent de diminuer les tensions dans le bas du dos. Alors, je ne sais pas si vous pouvez emmener votre boule de yoga au travail, mais en tous les cas, si votre employeur n’est pas contre, pourquoi pas. Je le répéterais jamais assez le yoga. Et oui, le yoga va vous aider en fait à stretcher, à étirer les muscles, va vous aider à avoir une meilleure posture, à vous tonifier et du coup, c’est vrai que ça diminue aussi ces petits inconforts de maux de dos, donc allez-y, faites du yoga prénatal, enfin, je le conseille vraiment très très fortement.

Il y a aussi d’autres sports qui permettent de bien muscler le dos, il est très connu, c’est la natation. Donc, associer le yoga à la natation, c’est un combo idéal pour pouvoir diminuer l’inconfort des maux de dos.

Si jamais vos maux de dos sont importants, ce que vous pouvez également faire, c’est appliquer quelque chose de chaud, une bouillotte chaude ou des… vous savez ce gel un petit peu bleu, qu’on met en cas de douleur musculaire. Vous pouvez le mettre en micro-onde et appliquer un petit peu de chaud dans le bas du dos. Certaines femmes préfèrent y appliquer du froid, peu importe ce qui vous semble… voilà le plus… enfin ce qui vous soulage le mieux en tous les cas, donc le chaud, le froid, également ne pas hésiter.

Le soir, quand vous rentrez à la maison, vous pouvez également demander à votre conjoint de faire un petit massage du bas du dos, voilà. Au cours du troisième trimestre de la grossesse, ça ne pose absolument aucun souci.

Donc, toutes ces petites choses pourront vous aider à essayer de réduire l’inconfort.

On a vu également au cours du deuxième trimestre des petits exercices de mouvement du bassin, ce qu’on appelle “la bascule du bassin”, en anglais ce qu’on appelle “le pelvis tilt”. Vous pouvez voir ça un petit peu sur les articles. Et du coup, on a fait une vidéo dessus pour le deuxième trimestre. N’hésitez pas à la re-regarder parce que ce petit mouvement de bascule du bassin va vous aider en fait à étirer le bas du dos et du coup va vous aider à gérer l’inconfort. Et on a également vu une position dans la vidéo qui s’appelle en position du yoga, la “child birth pose”. En fait, c’est une pose où vous pouvez étirer le dos complètement, c’est aussi est une très très bonne pose pour réduire l’inconfort des maux de dos que vous pouvez avoir, voilà.

J’espère que tous ces petits conseils vont pouvoir vous aider à gérer l’inconfort que sont les maux de dos de fin de grossesse. C’est un des inconforts les plus récurrents. Sachez que généralement, après l’accouchement ça passe. Alors après, on a les inconforts de l’allaitement en attendant, cette fois-ci, c’est plus le bas du dos, c’est le haut du dos, mais on en reparlera dans une prochaine vidéo post-natal.

Alors, parmi les merveilleuses choses que l’on expérimente au cours du troisième trimestre, on a vu les maux de dos.

Il y a aussi les œdèmes.

Les œdèmes, c’est lorsque vos jambes, elles gonflent, les chevilles gonflent, les pieds gonflent, les mains peuvent gonfler également. Alors, il est normal en fin de grossesse d’avoir ces petits œdèmes physiologiques. Ils sont dus à quoi? Ils sont dus en fait, au poids de l’utérus et de votre bébé sur le réseau veineux inférieur. Donc, du fait du poids, il y a une compression et il y a un mauvais retour veineux, du coup un mauvais drainage lymphatique, ce qui favorise la rétention d’eau.

Alors attention, il y a l’œdème normal et physiologique de la grossesse qui arrive généralement progressivement, petit à petit; mais il y a également l’œdème qui lui n’est pas normal, on en a parlé au cours d’une précédente vidéo sur l’hypertension de la grossesse et la prééclampsie. C’est lorsqu’en fait, du jour au lendemain, soudainement hop, les œdèmes apparaissent.

Alors, l’œdème du visage, c’est aussi quelque chose qui doit vous alerter. Donc, il y a le côté soudain qui n’est pas normal et puis aussi, vraiment si c’est vraiment trop trop trop  important, dans ce cas-là, n’hésitez pas à consulter, ça peut être un signe d’hypertension.

Il y a aussi quelque chose sur lequel il faut faire attention, c’est l’asymétrie. Si vous voyez qu’il y a une jambe qui est très gonflée et pas l’autre, ça peut être un signe de phlébite. Donc, dans ce cas-là, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre sage-femme pour s’assurer que tout va bien. Moi, je vais vous donner en tous les cas, quelques conseils sur l’œdème physiologique, celui qui arrive progressivement et qui concerne principalement les jambes et les pieds.

Alors, un des premiers conseils, c’est de dormir sur le côté. J’allais dire sur le dos mais non justement, pas sur le dos, sur le côté. Pourquoi? Parce que lorsque vous êtes sur le dos, ça comprime les gros vaisseaux qui sont dans le dos du fait du poids de l’utérus, et du coup il y a un moins bon retour veineux, donc plutôt sur le côté. Alors, on en a également parlé sur une vidéo sur le sommeil, alors non, pas obligatoirement sur le côté gauche, c’est sûr que c’est toujours mieux, mais si vous n’êtes pas bien sur le côté gauche et que vous préférez le côté droit, dans ce cas-là le côté droit, ça va aussi.

Autre chose pour le couchage, c’est de surélever les pieds. Même lorsque vous êtes à la maison, quand vous regardez un film, voilà si vous lisez un livre, dans ce cas-là, n’hésitez pas à hop mettre des coussins sous les pieds pour surélever les pieds de façon à favoriser un bon retour. Ce que vous pouvez faire si vous passez du temps assise derrière votre bureau, au travail, c’est de prendre une petite balle de tennis, et de la faire rouler sous le pieds de manière à activer la micro-circulation sous les pieds.

Alors, évitez également de croiser les jambes. Le fait de croiser les jambes peut empêcher un bon retour veineux et du coup, accroitre les œdèmes.

Ce que vous pouvez également faire, c’est changer régulièrement de positions, marcher un petit peu et ne pas rester trop longtemps assise de manière à activer les muscles et du coup, encore une fois, favoriser le retour veineux.

Le soir, avant de vous coucher, vous pouvez demander à votre conjoint de faire un bon  massage, qui vont du bas vers le haut, et pas du haut vers le bas.

Ce que vous pouvez également faire pour activer la circulation sanguine, c’est, après votre douche bien chaude, c’est de faire passer un jet d’eau froide sur les jambes de manière, encore une fois, à activer la circulation sanguine.

Une très très bonne manière d’activer la circulation sanguine, c’est de faire du sport, tout simplement grâce au… voilà, la contraction musculaire qui va faire remonter le… voilà le réseau lympha… voilà qui va faire activer le réseau lymphatique et du coup permettre un meilleur retour veineux.

Alors, si jamais les œdèmes sont trop importants, n’hésitez également pas à demander à votre professionnel de la santé de vous prescrire des bas de contention sur mesure. Dans ce cas-là, on va mesurer la mi-cuisse, la mi-jambe, la cheville. Ça peut être remboursé par la sécurité sociale, donc n’hésitez pas.

Alors, d’un point de vue alimentaire, buvez de l’eau. Et oui, ça peut paraitre un peu bizarre mais en fait, le fait de boire de l’eau, ça diminue la rétention d’eau. Mais par contre, ce qui convient d’éviter, c’est le sel. Une alimentation trop salée peut favoriser la rétention d’eau, et une alimentation pauvre en protéine favorise également la rétention d’eau, donc moins de sels, plus de protéines, et beaucoup d’eau.

Alors, il y a également un inconfort auquel on ne s’attend pas forcément parce que c’est tout nouveau, c’est quelque chose qu’on expérimente généralement qu’en cours de grossesse, ce sont les douleurs ligamentaires. Ça fait un peu peur la première fois qu’on expérimente ces douleurs ligamentaires.

Alors, à quoi ça ressemble? Ça ressemble à une… comme un coup de couteau dans l’aine. Vous voyez c’est… ça fait vraiment comme une grosse décharge. Et la plupart des mes patientes me disent, mais c’est au moment où je me suis levée de mon lit, ou quand je me suis levée de ma chaise, ou alors je marchais et d’un seul coup, j’ai senti cette très forte douleur dans l’aine qui remontait jusque dans la hanche. C’est voilà, c’est une douleur qui est très brève, qui est très soudaine, ce n’est pas une douleur continue et latente. Alors, ce sont des douleurs ligamentaires. 

Si jamais vous avez un doute parce que, parfois les femmes, elles ne savent pas trop, n’hésitez pas à appeler votre sage-femme, elle vous dira quelle est la différence entre une douleur ligamentaire ou une contraction. Mais une contraction, c’est une douleur vraiment qui arrive, qui monte, qui a un pic et puis qui se relâche et qui redescend; la douleur ligamentaire, c’est soudain, c’est un coup de couteau, une petite décharge électrique.

Donc, si vous expérimentez ça, surtout ne vous inquiétez pas. C’est due tout simplement au poids de l’utérus qui s’appuie sur les ligaments. C’est également due au fait de la progestérone, encore une fois cette fameuse progestérone, qui rend les ligaments beaucoup plus flexibles et beaucoup plus… j’allais dire « stretchable » mais beaucoup plus étirable.

Que faire en cas de douleurs ligamentaires?

Alors, il n’y a pas grand-chose à faire malheureusement. Il faut essayer, au moment où vous dormez, de vous mettre plutôt sur le côté avec un coussin entre les jambes pour éviter de tirer sur les ligaments. La pratique du yoga peut aider parce qu’elle va vous aider à tirer et à ouvrir le bassin et du coup, à travailler sur ces ligaments. Ce que vous pouvez également faire, c’est manger des aliments qui sont riches en calcium et en magnésium pour renforcer vos ligaments. Certains professionnels de la santé vont même jusqu’à prescrire des compléments alimentaires en magnésium, pour éviter la récurrence de ces douleurs ligamentaires.

Un autre inconfort du troisième trimestre qu’on retrouve également au cours du premier trimestre, c’est les problèmes de sommeil.

Alors, dans la mesure où on l’a déjà vu au premier trimestre, je ne vais pas trop m’étendre sur le sujet, n’hésitez pas à regarder la vidéo qu’on a réalisée sur le sommeil au premier trimestre, puisque les conseils sont les mêmes. Alors, la plupart des gens, et vous pourrez entendre ça, disent, “ben voilà, le fait que vous vous réveillez très régulièrement en cours de grossesse, au cours du troisième trimestre, c’est pour préparer votre corps à l’arrivée du bébé”. Alors, je ne sais pas si c’est réel ou pas, mais en tous les cas, c’est vrai que vous allez être amenée à  vous réveiller parfois toutes les trois, quatre heures, en fin de grossesse, au cours du troisième trimestre. Ça peut être à cause de la vessie qui est pleine, et du coup il faut aller aux toilettes, ça peut être tout simplement des rêves un petit peu bizarres sur l’accouchement, sur l’arrivée du bébé… enfin, voilà. En tous les cas, comme je disais, n’hésitez pas de nouveau à regarder la vidéo sur les petits conseils pour éviter d’être trop fatiguée le jour J parce que vous allez avoir besoin d’énergie.

Alors, toujours aussi glamour et toujours dans l’optique du troisième trimestre, des inconforts du troisième trimestre en tous les cas, encore une fois pas de tabou chez nous, les reflux et acidités gastriques.

Alors, c’est terrible… j’ai beaucoup de mes patientes qui viennent me voir en me disant, “mais c’est horrible, j’avais jamais expérimenté ce truc avant, c’est ignoble ça, ce n’est vraiment pas super”. Non, en effet ce n’est pas top du tout et ça peut être un peu parfois même douloureux. Alors, typiquement pourquoi? Et bah, toujours la même hein, toujours le même responsable, cette progestérone. Oui, vous allez la garder jusqu’à la fin de votre grossesse et même après l’accouchement. Et en fait, elle rend à tous vos muscles tout mous, tout flexibles. Et du coup, le petit clapet qui se trouve entre l’estomac et votre œsophage, il est aussi imprégné de progestérone, et du coup il fonctionne moins bien. Alors, il y a également la pression de votre bébé et de l’utérus qui grandit, qui va comprimer l’estomac, et du coup forcément favorise également les reflux gastriques.

Comment faire pour éviter ces reflux gastriques?

Alors, déjà au niveau de votre alimentation, évitez tout ce qui est épicé, gras ou frit. Clairement, ça, ça favorise les acidités gastriques. Tous les fruits également acides, les agrumes, les citrons, oranges, pamplemousses, également à éviter. Une fois que vous avez mangé, essayez de prévoir au moins une à deux heures avant d’aller vous coucher, parce que si vous vous allongez directement, alors vous êtes sure que ça va se produire. Ce que vous pouvez éventuellement faire, c’est surélever votre dos et mettre un coussin derrière le dos. Donc, ça c’est des mesures un peu anti-gravitationnelles.

Alors, on conseille également de manger doucement, de prendre votre temps pour  manger, et au lieu de faire des gros repas au cours de la journée, et bien de diviser en plein de petits repas. Ce qui ne signifie pas qu’il faut manger plus, encore une fois. Il s’agit de manger exactement la même quantité mais diviser en plein de petites portions au cours de la journée.

Ce que vous pouvez également faire, c’est prendre des tisanes, alors la camomille, le gingembre, ça peut aider en fait à passer les acidités gastriques. Eventuellement, ce qu’on peut également conseiller, c’est de boire un petit fond de lait juste avant d’aller vous coucher pour essayer de tapisser l’œsophage de quelque chose de plutôt doux. Et ce que vous pouvez également faire, qui marche plutôt pas mal, c’est après avoir mangé, de prendre un chewing-gum, parce que vous allez activer les glandes salivaires et la salive peut combattre l’acidité.

Si vraiment c’est trop inconfortable, n’hésitez pas à en discuter avec votre sage-femme ou votre médecin, on peut vous prescrire des antiacides qui sont tout à fait compatibles avec la grossesse.

Encore une fois, pas de tabou chez BellyBulle, on en parle pas forcément… voilà, ce n’est pas un des inconforts de la grossesse qui revient, et pourtant c’est bel et bien le cas, il y a beaucoup de mes patientes qui se plaignent de constipation.

Alors, encore une fois, la progestérone, la progestérone ralentit en fait, tout le péristaltisme intestinal, donc les petits muscles dans vos intestins, et du coup il y a une moins bonne digestion qui s’opère dans vos intestins. Le poids, encore une fois de l’utérus et du bébé, qui va comprimer les intestins, et du coup qui favorise la stagnation des selles dans les intestins, et du coup tout ça favorise la constipation.

Alors typiquement, ça va être… toutes les mesures qui vont nous permettre de lutter contre la constipation, ça va être de manger beaucoup plus de fibres. Donc, n’hésitez pas à manger des céréales qui sont très riches en fibres, il y a des céréales spéciales qui peuvent vous aider à augmenter votre apport en fibre et du coup à permettre une meilleure digestion et à éviter la constipation.

Boire beaucoup d’eau, ça peut aider. Et essayez de passer à des céréales complètes, par exemple le pain, optez plutôt pour du pain complet. Les fruits également peuvent  aider, les fruits frais vont aider à apporter un apport supplémentaire en fibre, et du coup à permettre une meilleure digestion. Boire beaucoup d’eau, encore une fois hein, l’eau va permettre également de fluidifier tout ça et de favoriser la digestion.

Et le sport, encore une fois, le sport va en fait compenser, le mouvement va compenser l’absence de mouvement au niveau des intestins due à l’imprégnation de la progestérone. Donc, il faut bouger, il faut manger correctement et plein de fibres et boire beaucoup d’eau.

Si jamais c’est trop inconfortable, encore une fois, il y a des médicaments compatibles avec la grossesse qui pourront vous aider à diminuer l’inconfort et à vous permettre d’évacuer des selles plus facilement.

Alors en lien avec la constipation et toujours aussi glamour, on adore, les hémorroïdes.

Alors les hémorroïdes, qu’est-ce que c’est? Les hémorroïdes, ce sont des veines autour de l’anus qui sont gonflées. Donc du coup, ça fait comme des boules autour de l’anus. Ça peut être vraiment douloureux parfois et il y a certaines femmes qui ne peuvent même pas s’assoir. Donc, c’est vrai qu’il faut faire attention et du coup ne pas hésiter à appliquer les mesures dont on va parler.

Alors, pourquoi est-ce que vous avez des hémorroïdes?

Le poids en fait de la grossesse sur le périnée affaiblit complètement vos muscles, et du coup il est possible que le tissu rectal qui s’extériorise, la mauvaise circulation sanguine également, la progestérone, toujours les mêmes qui sont responsables de tous ces inconforts en fin de grossesse.

Alors, la première chose à faire pour lutter contre les hémorroïdes, c’est de lutter contre la constipation. Donc, voilà, ce sujet dont on a parlé précédemment, ça s’applique également pour les hémorroïdes. Ce que je vous conseille également de faire, c’est, au moment où vous allez aux toilettes, de surélever les jambes avec un tabouret. Alors, ça peut paraitre un peu bizarre, mais en fait le fait d’avoir les genoux plus haut que les hanches, ça va verticaliser le rectum, ça va vous permettre de relâches les muscles  périnéaux, et ça va vous permettre d’évacuer les selles beaucoup plus facilement sans appliquer trop de pression sur le périnée, et du coup sans augmenter l’inconfort des hémorroïdes.

Au moment où vous poussez, au lieu de pousser en bloquant, il faut essayer d’expirer au moment où vous poussez, comme une poussée en expiration, de façon à éviter une pression trop importante.

Alors, ne pas rester également trop longtemps debout ou assise. Si vous pouvez faire quelque chose, allongez au lieu de le faire assise comme appeler votre famille, appeler vos amis, ou regarder un film, faites-les plutôt allongée comme ça il y aura moins de pression sur le périnée.

Ce que vous pouvez également faire, c’est appliquer en fait des compresses froides sur la zone où il y a les hémorroïdes pour vous soulager, et surtout éviter les sous-vêtements serrés en dentelles qui peuvent favoriser, avec le frottement, favoriser l’inconfort et du coup que ce soit encore plus douloureux et encore plus inconfortable.

Encore une fois, si jamais c’est trop inconfortable, et si vraiment il y a des douleurs, n’hésitez pas à demander à votre sage-femme ou à votre médecin de vous prescrire des médicaments adaptés, donc des suppositoires, des crèmes, et il y a même des comprimés qui peuvent aider à favoriser la circulation sanguine, si vraiment c’est trop inconfortable.

Alors, toujours dans le côté digestif et glamour de ces inconforts du troisième trimestre, les gaz.

Encore une fois, chez BellyBulle, pas de tabou. Alors, par quoi ça se traduit du coup les gaz? C’est des rots, des pets, des flatulences, des ballonnements, voilà, encore une fois, on l’a dit pas de tabou. Alors, j’ai beaucoup de patientes qui me disent « alors moi, personne m’en à parler, c’est hyper tabou comme truc” voilà, donc. Voilà, je le dis, oui ça peut en effet être un des inconforts du troisième trimestre. Encore une fois, toujours les mêmes responsables, la progestérone qui ralentit le transit et du coup qui favorise la stagnation des gaz dans le transit intestinal.

Alors du coup, comment éviter cet inconfort qui peut parfois être un peu gênant. Il faut  bien mâcher, et prendre le temps de bien mâcher vos aliments de façon à ne pas avaler d’air au moment où vous mangez. Eviter tous aliments qui favorisent les gaz, donc les haricots, les brocolis, les asperges, les choux de Bruxelles, tout ce qui est choux en règle générale. C’est pas…, la bonne solution, donc évitez ces aliments-là. Et également au moment où vous buvez, évitez tout ce qui est paille, canette, préférez plutôt un verre.

Encore une fois, le sport. Le sport va vous aider vraiment à mieux digérer, et du coup va vous aider à évacuer les gaz de façon non douloureuse, sereine et non-inconfortable surtout.

Encore un autre inconfort qui peut être favorisé en cours de grossesse à cause de la progestérone et aussi à cause du fait que votre bébé prend toutes vos ressources en calcium et en magnésium, pour pouvoir grandir et pour pouvoir permettre le développement osseux, ce sont les crampes, les crampes au niveau des jambes, au niveau des mollets.

Alors, ça peut en effet arriver principalement la nuit. Donc, qu’est-ce qu’on recommande pour éviter ça?

C’est d’augmenter tout simplement son apport en calcium et en magnésium. Donc, tout ce qui est produits laitiers, fromages, les bananes, le chocolat, plein de magnésium. Donc voilà, favoriser plutôt tous ces aliments-là.

Ce que vous pouvez également faire, c’est stretcher les jambes. Donc, encore une fois, il y a de supers poses de yoga qui peuvent vous permettre d’étirer les jambes pour permettre… pour éviter ce genre de petit souci en termes de crampe.

Des massages au niveau des jambes. En plus, ça permet de réduire les œdèmes et ça implique un petit peu votre partenaire.

Toujours pour les crampes. Evitez les talons, on l’a vu. En plus ces talons, c’est aussi pas bon pour les maux de dos, pour les œdèmes, pour les hémorroïdes, enfin bref. Les talons, en fin de grossesse, c’est généralement à bannir. Préférez plutôt des petites ballerines toutes mignonnes.

Et également l’exercice, le sport. Pas forcément que stretcher mais également s’activer  de façon à ce que les muscles permettent d’activer toute cette circulation.

C’est un petit peu les mêmes les mêmes conseils qu’on retrouve au fur et à mesure des différents inconforts. Mais en tous les cas, sachez que les crampes, ça peut être aussi un autre des inconforts que vous pouvez expérimenter au cours de ce troisième trimestre.

Alors, vous l’avez peut-être déjà remarqué, vous avez beaucoup plus de pertes vaginales qu’avant. Et ben, ce n’est que le début si vous êtes au début du troisième trimestre, parce qu’au cours du troisième trimestre, ça va d’autant plus augmenter.

Alors, les pertes vaginales, elles sont un peu blanchâtres. Elles sont beaucoup plus liquides en cours du troisième trimestre. Et alors, parfois c’est toujours un peu difficile de savoir si ce sont des pertes ou si c’est la perte des eaux. Si vous avez un doute, encore une fois, n’hésitez pas à aller consulter votre sage-femme ou votre médecin à la maternité. On a des tests pour savoir si c’est des pertes ou si c’est du liquide amniotique. En tous les cas, quand les pertes vaginales, elles sèchent, ça fait plutôt un aspect plutôt blanchâtre dans les sous-vêtements, un peu jaunâtre… voilà. Mais la poche des eaux, c’est vraiment… voilà comme de l’eau, et quand ça sèche, ça sèche comme de l’eau.

Alors du coup, que faire pour éviter, pour diminuer ces pertes vaginales? Ça ne sert à rien de se laver quatre à cinq fois par jour. Ça va en fait augmenter le risque de mycose et du coup, ce n’est vraiment pas bon pour le coup. Ce que vous pouvez faire, c’est éviter les sous-vêtements en dentelles et favoriser plutôt des sous-vêtements confortables en cotons. Favorisez également un savon PH neutre spécial hygiène intime et pas n’importe quel savon.

Alors, il y a quelque chose sur lequel il faut prêter attention, parce que ces pertes vaginales de fin de grossesse, elles sont tout à fait normales, mais à partir du moment où ça gratte ou il y a un prurit associé, ça peut être un signe de mycose. Donc, n’hésitez pas à consulter dans ce cas-là. Si jamais il y a une mycose, les pertes ne sont plus tellement liquides, elles sont plutôt calleuses, un peu blanchâtres, grisâtres même parfois. Clairement, normalement, les pertes de fin de grossesse, elles sont sans odeurs. A partir du moment où il y a une odeur forte qui s’y échappe, c’est qu’il y a potentiellement un  risque d’infection. Pareil, à partir du moment où la couleur change, ça devient verdâtre ou jaunâtre, grisâtre, dans ce cas-là n’hésitez pas à consulter, encore une fois. Ça peut être un signe d’infection.

Alors, un autre des inconforts du troisième trimestre, ce n’est pas fini, encore une fois, vous aurez probablement pas tout, mais au moins on vous prévient de tout ce qui peut éventuellement se passer, c’est l’incontinence urinaire. Donc, l’incontinence urinaire elle est liée à pleins de choses, encore une fois, la progestérone qui ramollit un petit peu les muscles et notamment les muscles du périnée, et du coup ça favorise l’évacuation des urines de manière un petit peu imprévu; le poids du bébé sur la vessie… donc voilà. Donc, tout ça favorisent l’incontinence urinaire.

Que faire si jamais cette incontinence urinaire est présente et vraiment gênante?

Alors, il y a des exercices qui peuvent aider et c’est notamment des exercices respiratoires que vous pouvez voir aux cours de pilâtes. Alors voilà pour le coup, les pilâtes vont vous permettre de renforcer toute la ceinture abdominale profonde. Cette ceinture abdominale profonde va permettre de porter la grossesse et de diminuer le poids sur le périnée. Il y a également des exercices périnéaux que vous pouvez faire. Dans ce cas-là, n’hésitez pas à vous orienter vers votre sage-femme qui pourra vous montrer des exercices du périnée de façon à renforcer un petit peu les muscles pour prévenir de l’inconfort.

Veillez également à ce que la vessie soit bien vidée après avoir uriné. Pour cela, il ne s’agit pas de pousser, on ne pousse pas quand on urine, on se relâche et on laisse les urines couler. Il s’agit juste de se pencher en avant pour bien finir de vider la vessie. Cela ne sert absolument à rien, et en fait, ça favorise même les infections urinaires que de se retenir le plus longtemps possible pour faire fonctionner ses muscles. Donc, quelque chose de très très important, respectez vos envies. Si vous sentez que la vessie est pleine et qu’il faut y aller, vous y allez, et vous y allez, vous n’essayez pas de vous retenir.

Evitez également tout ce qui va favoriser la pression sur le périnée, donc le port de charges lourdes, le fait de rester debout trop longtemps… voilà. Toutes ces choses-là  augmentent la pression sur le périnée et du coup augmentent potentiellement le risque d’incontinence urinaire.

Alors, on en a parlé également pour tout ce qui est constipation, tout ce qui est hémorroïde, mais encore une fois, la position pour aller à la selle, au moment où vous allez à la selle, il faut surélever ses jambes avec un tabouret pour éviter de mettre trop de pression sur le périnée, au moment où vous allez à la selle. Ça, ça peut également avoir des impacts sur les problèmes urinaires. Donc le périnée, c’est aussi bien côté selle, et côté rectum que côté urètre et urine. Donc si vous… enfin si vous respectez votre périnée au moment où vous allez à la selle, dans ce cas-là, vous le respecterez également au moment où vous urinerez.

Et également la respiration. Beaucoup de femmes respirent trop à l’envers, elles respirent avec leurs cages thoraciques au lieu de respirer avec le ventre. La respiration abdominale va aider votre diaphragme à se relever, et du coup va augmenter l’inspiration diaphragmatique, et va diminuer la pression sur le périnée. Ça, vous pouvez tout simplement en parler avec votre sage-femme ou avec votre prof de yoga pour qu’elle puisse vous montrer comment respirer.

Si vous expérimentez des incontinences urinaires au cours du troisième trimestre de la grossesse, il va falloir faire très très attention à votre périnée au moment de l’accouchement. Il ne s’agit pas en fait d’augmenter cet inconfort, parce que les incontinences urinaires, on les retrouve au troisième trimestre de la grossesse, mais on peut également les retrouver au troisième trim… pardon, on les retrouve au troisième trimestre de la grossesse, mais on peut également les retrouver après l’accouchement.

Et… il ne s’agit pas… Si jamais vous avez des problèmes d’incontinence urinaire au troisième trimestre, ça veut dire que quelque part, il y a une petite faiblesse périnéale, et il ne s’agit pas d’augmenter cette faiblesse périnéale. Pour cela, on en parlera aux cours de préparation à l’accouchement, mais il s’agit de pousser, plutôt que de pousser très très fort en bloqué, favorisez plutôt une poussée douce en expiration.

Et également, au moment où vous poussez, utilisez la gravité de façon à éviter de  pousser trop fort. Si vous accouchez sur le dos par exemple, ou complètement allongée, vous allez fermer votre bassin, et du coup vous allez devoir pousser beaucoup plus fort. Si vous poussez plus fort, vous augmentez la pression sur le périnée, et du coup vous aggravez le risque d’incontinence urinaire.

Donc, favorisez plutôt une position accroupie, une position debout pour pouvoir accoucher avec une poussée douce de manière à éviter la pression sur le périnée, à protéger votre périnée et à éviter que l’incontinence urinaire ne s’aggrave après votre accouchement.

Alors un dernier inconfort et dont on ne parle pas toujours, ce sont les coups du bébé.

Alors, ça peut… je parle… c’est vrai que c’est sympa de sentir son bébé bouger mais au cours du troisième trimestre de la grossesse, l’utérus va arriver jusqu’en dessous des côtes et il y a beaucoup de mes patientes qui me disent, “mais c’est terrible, le bébé me donne des coups dans les côtes, ça fait très mal. Et oui, ça peut en effet être très très inconfortable. Alors, c’est bien un bébé qui bouge, ça veut dire que le bébé est en bonne santé, qu’il a une bonne vitalité, on est contente. Maintenant, si vous voul… si on peut vous donner quelques petites astuces pour éviter d’avoir trop d’inconforts à ce niveau-là, pourquoi pas.

Alors, quelles sont ces petites astuces?

Toutes les positions qui vont vous permettre de vous suspendre. Je sais que ça peut paraitre un petit peu bizarre mais avoir, vous suspendre au cou de votre conjoint et vous laisser complètement tomber de façon à ouvrir la cage thoracique, pour permettre moins de pression autour du bébé, et du coup vous éviter les coups dans les côtes, ça peut aider.

Le fait également de disposer un petit coussin au niveau du dos mais pas dans le bas du dos, juste au niveau de la fermeture du soutien-gorge, donc vraiment juste en-dessous des omoplates de façon à bien ouvrir la cage thoracique pour bien respirer. Donc, c’est surtout des questions de posture.

Et également, tout ce qui va favoriser la descente du bébé, c’est à dire toutes les positions qui vont vous permettre d’ouvrir le bassin. Et oui, si vous fermez votre bassin, votre bébé va rester toujours très très haut. Donc pour bien ouvrir le bassin, encore une fois, le yoga avec toutes ses poses peut aider. Vous mettre sur un ballon de yoga et ouvrir les genoux pour bien ouvrir le bassin pour favoriser une bonne descente du bébé de façon à éviter que le bébé soit trop haut et vous donne quelques coups dans les côtes.

Alors, on arrive sur la fin de ces inconforts du troisième trimestre. Alors, il y en a peut-être d’autres hein. N’hésitez pas à nous écrire. Je serai ravie de répondre à vos questions si expérimenté des inconforts, et voilà, vous ne savez pas trop… vous ne savez pas trop quoi faire. J’espère que ça ne vous a pas fait trop peur. En tous les cas, il n’y a pas de service après-vente, donc il va falloir aller jusqu’au bout. Et puis surtout dites-vous que ce sont des inconforts qui sont vraiment transitoires que la plupart du temps ça passe avec la chute de progestérone après l’accouchement. Et surtout, dites-vous que ça vaut le coup 😉