Cet article a pour objectif d’expliquer pourquoi certaines femmes doivent avoir recours à la césarienne et de décrire les différente étapes de cette intervention. Cela va vous permettre de vous informer sur cette autre façon de donner naissance à un enfant et vous aidera à bien vivre cette naissance.

Nous avons rassemblé l’ensemble des informations sur le sujet fournies par La Haute Autorité de Santé (HAS) qui est une institution publique indépendante chargée d’améliorer la qualité et la sécurité des soins.

Définition de la césarienne

Il s’agit d’une intervention dite chirurgicale qui permet l’accouchement par incision de l’abdomen et de l’utérus. C’est une technique très fréquente et de plus en plus sûre.

Est-ce que la césarienne me concerne?

Si les conditions chez la mère ou chez l’enfant ne sont pas optimales pour un accouchement par les voies naturelles, alors cette intervention est réalisée. En France 1 femme sur 5 donne naissance par césarienne. Sachez en tout cas que l’accouchement que vous allez vivre peut être totalement différent que celui que vous aviez prévu.

Césarienne programmée et césarienne en urgence

La décision d’accoucher par césarienne ou par voies naturelles est réévaluée tout au long de votre grossesse et même pendant le travail. Dans moins de la moitié des cas, la césarienne est programmée. Si c’est en une césarienne en urgence, elle est réalisée après une tentative d’accouchement par les voies basses.

Et si je souhaite une césarienne programmée?

Dans ce cas, il faut en discuter le plus rapidement possible avec le professionnel en charge de suivre votre grossesse. S’en suivra un accompagnement personnalisé afin d’identifier les raisons spécifiques à votre demande (peur de la douleur, expériences précédentes traumatisantes…). Cette discussion permettra de lister les bénéfices et les risques de la césarienne afin d’aboutir à une décision partagée et réfléchie.

Le déroulement de la césarienne

Le déroulement peut être différent d’une césarienne d’urgence à une césarienne programmée. Il existe aussi des différences en fonction des lieux et des équipes.

La préparation avant l’hospitalisation (soit la veille de la césarienne, soit le jour même) nécessite:

  • le retrait du vernis à ongles et des bijoux
  • le rasage du pubis
  • une douche
  • une tenue pour le bloc
  • éventuellement une prémédication.

Au bloc, on pose une perfusion et un tensiomètre, on met en place l’anesthésie et la sonde urinaire.

Césarienne et anesthésie

Côté anesthésie, le plus souvent il s’agit d’une anesthésie loco-régionale dont les risques sont plus faibles qu’une anesthésie générale.

Cependant il peut se produire exceptionnellement:

  • un échec de la procédure
  • un risque de chute de tension
  • des maux de tête après l’opération
  • une douleur locale au point d’injection
  • très rarement une réaction allergique
  • un hématome péridural ou une infection

L’acte chirurgical, comment ça se passe?

Il s’agit le plus souvent d’une incision horizontale, juste au dessus du pubis. En effet l’incision verticale est devenue exceptionnelle. Via cette incision, le chirurgien doit ouvrir successivement différentes «couches» (peau, graisse, aponévrose, muscles et péritoine) avant de pouvoir accéder à l’utérus. Selon les techniques, elles sont soit totalement incisées, soit entaillées puis écartées avec les doigts.

Ensuite, l’ouverture se fait sur la partie inférieure de l’utérus. Une pression effectuée sur le haut du ventre permet la sortie de l’enfant.

césarienne

Des fois, une aide instrumentale est nécessaire (forceps, ventouse). Le bébé est alors donné à la sage femme ou au pédiatre qui ensuite vous le présentera. En fonction de l’équipe et de l’état de santé du bébé, le bébé pourra rester contre vous pendant la suture (il est préférable d’en parler avant avec l’équipe médicale). Le placenta est retiré et les différentes épaisseurs sont suturées une à une, ce qui peut être long, de 30 à 45 min. Enfin la peau est refermée avec des agrafes, des fils résorbants ou non.

Quels sont les risques d’une césarienne?

Il s’agit d’une intervention courante et simple mais attention ce n’est pas un acte anodin. Elle est tout de même plus risquée pour la santé de la mère qu’un accouchement par les voies naturelles. Dans le cas d’une césarienne programmée, votre chirurgien en discutera avec vous. Certains risques peuvent être favorisés par votre état, vos antécédents ou encore un traitement pris avant l’opération (il est impératif d’en informer votre médecin). Etant un acte chirurgical, la césarienne peut comporter très exceptionnellement un risque vital ou de séquelles graves (lésions d’organes de voisinage de l’utérus, hémorragie…).

Immédiatement après la césarienne

Surveillance pendant au moins 2h en salle de réveil ou en salle d’accouchement.

Il également possible selon la structure et l’équipe de bénéficier d’une surveillance en salle de naissance afin de:

  • réaliser une première mise au sein
  • faire du peau à peau avec votre bébé

Les jours après la césarienne

La sonde urinaire et la perfusion intraveineuse sont généralement laissées en place pendant quelques heures. Un traitement anticoagulant (piqûre quotidienne) sera instauré pensant la période d’hospitalisation afin de réduire le risque de phlébite (formation d’un caillot dans une veine des jambes) ou d’une embolie pulmonaire (caillot dans les poumons).

Les premières 24 heures sont souvent douloureuses et nécessitent des traitements antalgiques. La sortie de la maternité a généralement lieu entre le quatrième et le septième jour d’hospitalisation. Après le retour à la maison, un saignement vaginal modéré est normal (il peut durer jusqu’à 6 semaines), des douches sont possibles dès le lendemain et les tiraillements sont normaux. Il est aussi conseillé de ne pas porter de poids plus lourds que le bébé le premier mois.


Découvrez Notre Sélection de Produits de Qualité pour Futures Mamans et Bébés