Découvrez Notre Sélection de Produits de Qualité pour Futures Mamans et Bébés


Alors, vous avez probablement fait vos cours de préparation à l’accouchement et peut-être qu’il y a des choses qui vous ont fait peur sur l’accouchement par voie naturelle? Et peut-être que vous vous posez la question, “et après tout, pourquoi pas une césarienne programmée, il y a plein de stars qui font ça… ça ne fait pas mal… c’est rapide, et on ne passe pas par toutes ces étapes qui sont longues etc…”

Accoucher naturellement ou accoucher par césarienne?

Alors en France, on est très pro-accouchement naturel parce qu’en effet, on va en discuter, mais il y a quand même beaucoup moins de risques sur le plan médical. Maintenant, il est vrai également que l’on prend parfois pas assez en compte le choix des femmes et ce qu’elles décident de faire avec leurs corps.

Donc, on va essayer d’être le plus objectif possible dans cette vidéo sur les avantages et les inconvénients de la césarienne ou de l’accouchement naturel.

En tous les cas, sachez qu’on risque de ne pas comprendre votre choix en France, si jamais vous dites, “moi, je veux une césarienne tel jour à telle date parce que telles ou telles raisons” et les raisons vous appartiennent. Et dans ce cas-là, on vous recommandera peut-être d’aller dans une clinique privée parce qu’à l’hôpital public, on considère que, dans la mesure où c’est de l’argent public, on n’a pas à faire de césariennes qui peuvent engendrer des coûts médicaux par la suite, car on augmente le risque de complications.

“La césarienne fait moins mal”

Il y a beaucoup beaucoup de femmes qui me disent, “oh bah l’accouchement par césarienne, ça fait beaucoup moins mal”, eh ben c’est vrai et faux en même temps. En effet, vous n’avez pas la douleur des contractions quand bien même il y a la péridurale, il est vrai qu’on recommande de ne pas poser la péridurale trop tôt, donc vous allez sentir des contractions. Maintenant, une fois qu’il y a la péridurale, vous pouvez tout à fait demander à ce que la péridurale soit très fortement dosée si vous n’avez pas envie de sentir quoi que ce soit. Et généralement, on arrive à très bien contrôler la douleur avec de bonne péridurale.
La césarienne, vous ne sentez pas la douleur au moment de l’opération, mais par contre, les douleurs de cicatrices sont quand même beaucoup plus importantes que les douleurs périnéales qui sont associées à l’accouchement naturel. Donc, c’est un petit peu vrai et faux en même temps.

Quels sont les risques de l’accouchement voie basse?

Alors, il est vrai que l’accouchement par voie naturelle favorise les douleurs au niveau du périnée, les gonflements au niveau du périnée, les risques de déchirure et d’épisiotomie, on va en discuter en cours. C’est vrai que ça, c’est des… c’est quelque chose qu’on n’a pas avec la césarienne.

Est-ce que ça réduit le risque d’incontinence urinaire ou d’incontinence anale? Ça, on me pose aussi la question, “mais oui, mais moi, j’ai une copine, elle a accouché naturellement, elle est complètement incontinente depuis, au moins avec la césarienne, on n’a pas ce problème”. Encore une fois, oui et non. Alors, il est vrai que la césarienne protège un petit peu plus le périnée que l’accouchement naturel, mais en même temps, sachez que la plupart des dommages périnéaux sont réalisés en cours de grossesse et pas forcément en cours de l’accouchement. Et aussi, il y a des techniques d’accouchement naturel qui permettent de réduire le risque de dommages périnéaux. Après, il est vrai qu’une césarienne va quand même un petit peu protéger le périnée par rapport à un accouchement naturel. Ça c’est vrai aussi et il ne faut pas le nier.

Alors, il y a autre chose également, un des risques qui est généralement évoqué quand on parle de l’accouchement naturel, c’est si la tête sort et que les épaules restent bloquées, ce qu’on appelle « la dystocie des épaules », on va en discuter également aux cours de préparation à l’accouchement. Et du coup cette dystocie des épaules, au moins c’est sûr qu’avec la césarienne, il n’y a pas ce risque-là. Et cette dystocie des épaules, ce risque plus important avec un accouchement naturel, peut également augmenter le risque de problèmes au niveau de la clavicule ou du plexus brachial du bébé.
Alors, encore une fois, il est vrai que le risque est plus important par voie naturelle que par césarienne, mais c’est un risque qui peut être prévenu. Et en effet, si jamais il y a un diabète de grossesse, si jamais le poids du bébé est supérieur à 4,5 kg, dans ce cas-là, on peut éventuellement discuter d’une césarienne, en effet, pour justement contrebalancer ce risque.

Donc ça, ce sont les principaux risques qu’on évoque lorsque l’on parle d’un accouchement naturel.

Les risques de l’accouchement par césarienne

Maintenant, on va évoquer les risques de la césarienne, comme ça, on va pouvoir contrebalancer les pour et les contre. Alors, si jamais vous avez une césarienne, sachez que le temps que vous allez passer à l’hôpital sera beaucoup plus long. Vous ne passerez pas donc trois jours mais cinq.

Durée de rétablissement d’une césarienne

Comme je le disais, le rétablissement après une césarienne est beaucoup plus long qu’un rétablissement par voie naturelle. Moi, j’ai des patientes qui, après avoir accouché naturel, hop elles sont debout, elles portent leurs bébés, elles montent dans leurs chambres. Par césarienne, vous allez probablement rester allonger au moins le premier jour. Le premier levé se fera le jour d’après, et ce sera que quelques pas. Ça va être douloureux. Vous ne pourrez pas forcément vous occuper de votre bébé comme vous le souhaitez, du coup ça implique une certaine frustration aussi. Sachez quand même que le rétablissement est beaucoup plus long par césarienne que par voie basse. Et du coup, c’est pour ça que vous restez plus longtemps à l’hôpital.

Douleur de la césarienne

Donc, la douleur de la cicatrice, j’en ai parlé, le fait que vous ne puissiez pas forcément vous mobiliser, j’en ai également parlé.

Risque d’infection de la césarienne

Sachez également que comme toute opération, la césarienne comporte plus de risques d’infection. Sachez qu’un accouchement, ce n’est pas forcément stérile hein. D’ailleurs, c’est pour ça que certaines femmes accouchent à la maison. Une césarienne, on ouvre le ventre, c’est une chirurgie, et de ce fait, on augmente aussi le risque d’infection. On augmente également le risque de saignement et le risque d’hémorragie. Associé à ce risque, du coup le risque de ce qu’on appelle « hystérectomie », c’est le fait qu’on soit obligé de retirer l’utérus à cause d’une hémorragie de la délivrance. Donc, c’est vrai que ce risque, il est quand même faible, il ne faut pas exagérer, mais il est plus important en cas de césarienne qu’en cas d’accouchement naturel.

Dans la mesure où on ouvre également le ventre, il y a un risque et qu’on fait une incision sur l’utérus, il y a également un risque de toucher les autres organes, un risque de toucher la vessie, un risque de toucher les intestins… Donc ça aussi, c’est à ne pas omettre.

Encore une fois, c’est quand même une chirurgie qui est plutôt bien maîtrisée, donc ça reste quand même rare mais c’est quand même un risque à ne pas négliger.

Sachez qu’il y a également un risque d’occlusion intestinale comme toute opération.

Il y a également un risque plus important de phlébite dans le post-partum. Dans la mesure où vous ne pouvez pas vous mobiliser comme vous le souhaitez, du coup sachant que le sang est déjà beaucoup plus épais en cours de grossesse, pour prévenir justement l’hémorragie, du coup il y a un risque aussi plus important de phlébite.

Risque de césarienne pour la grossesse suivante

Et sachez qu’avoir une première césarienne, il peut avoir également des risques pour votre prochaine grossesse. Donc, il y a plus de risques d’infertilité, plus de risques de grossesse extra-utérine, donc des grossesses qui se trouvent dans les trompes, plus de risques de placenta bas inséré, on a fait une vidéo dessus, je vous invite à la regarder, plus de risques de rupture utérine, donc la rupture utérine, c’est lorsque l’utérus s’ouvre sur la précédente césarienne, et dans ce cas-là, on va vous demander, après avoir une première césarienne, d’attendre au moins, grand minimum, un an avant de nouveau être enceinte, du fait de tous ces risques-là.

Alors, il y a également des risques pour votre bébé. Alors, sachez que lorsque le bébé en fait, subit des contractions du travail et s’engage dans le bassin, il a du liquide dans les poumons. Et que le passage dans les voies génitales permet l’évacuation, grâce à la compression, permet l’évacuation de ce liquide. Il n’y a pas tout ce processus qui se met en place en cours d’une césarienne, et du coup votre bébé est plus à risque de détresse respiratoire.

Sachez également qu’en cours d’un accouchement naturel, du fait de la compression, des contractions et des voies génitales au niveau de la tête du bébé, votre bébé va produire des catécholamines, qui sont importantes pour le développement cérébral de votre bébé. Donc, il n’y a pas que pour vous que l’accouchement naturel a des bénéfices, il y a aussi pour votre bébé.

Alors, il y a également beaucoup de femmes qui me disent, “oh la la, mais l’accouchement naturel, c’est dangereux, parce que… voilà… on ne peut pas trop savoir ce qu’il se passe et… parfois il y a des détresses respiratoires, le cœur du bébé ralentit parce que les contractions, c’est trop fort pour le bébé”. Oui, c’est vrai, et c’est pour ça d’ailleurs que le travail, il est surveillé, et c’est pour ça d’ailleurs qu’on met un monitoring. Donc ce risque, il est à écarter si vous êtes dans une structure où la sage-femme va surveiller le cœur du bébé très régulièrement. Et dans ce cas-là, s’il y a besoin de faire une césarienne en cours de travail, on la fera.

Alors, vous l’avez compris, la liste des risques pour une césarienne, elle est quand même beaucoup plus importante que celle pour un accouchement par voie naturelle, et que la plupart des complications d’un accouchement naturel se préviennent contrairement aux complications qui peuvent arriver en cours de césarienne. Et c’est d’ailleurs pour ça que la plupart des gens ne comprennent pas toujours quand une femme veut directement une césarienne. C’est toujours une question de balance entre les bénéfices et les risques. Et c’est pour ça que, quand vous êtes en travail, la sage-femme et le médecin vont toujours se poser la question, alors il y a plus de risques de faire une césarienne ou il y a plus de risques d’accoucher naturellement. Et du coup, comme je vous le disais, parfois on pèse cette balance, et on estime que tous les risques que j’ai énoncés sont beaucoup moins importants que les risques dans certaines circonstances pour un accouchement naturel.

Exemples de choix de césarienne

Par exemple, si jamais vous êtes en travail depuis des heures, des heures et des heures, et que le col ne s’ouvre pas, qu’il n’y a pas de progression, dans ce cas-là, on estime qu’en effet le risque est trop important pour votre bébé de continuer, et on vous proposera une césarienne. Si jamais le cœur du bébé ralentit, des anomalies du cœur du bébé, dans ce cas-là, en effet, on ne prendra pas de risques, et on estime que tous les risques associés à la césarienne sont moins importants que le risque des anomalies du cœur du bébé. Donc, c’est toujours cette même balance bénéfices-risques.

Alors également, si le placenta recouvre le col. Si le placenta recouvre le col, on l’a vu dans une précédente vidéo, c’est un placenta recouvrant, il y a trop de risque d’hémorragie, dans ce cas-là, on préférera faire une césarienne. Ça peut également être un fibrome ou un autre obstacle qui bouche le col, et dans ce cas-là, en effet, on pourra vous proposer une césarienne.

On parlait également du diabète de grossesse et de la macrosomie, alors un gros bébé, et on a fait une vidéo dessus, “mon bébé est soi-disant trop gros”. Une macrosomie, ça a une définition médicale. Et on considère en tous les cas, d’après les études qui sont faites à l’échelle internationale, qu’ il y a un risque de problème au niveau de la clavicule du bébé et un risque de dystocie des épaules, si dans le cadre d’un diabète de grossesse, l’estimation du poids est supérieure à 4,5kg, et si en l’absence de diabète de grossesse, l’estimation du poids est supérieure à 5kg. Après, c’est une discussion avec l’équipe médicale, et tout est dans ce rapport bénéfices-risques.

Après, il y a également des urgences au cours desquelles on est amené à vous proposer une césarienne en cours de travail. C’est par exemple ce qu’on appelle « la procidence du cordon », c’est extrêmement rare, c’est lorsque le cordon vient se bloquer entre la tête du bébé et le col, et dans ce cas-là, le cœur ralentit, et là on part tout de suite en césarienne. Et il y a également des contextes infectieux, alors en cas d’herpès ou en cas de contamination au HIV. Dans certaines circonstances infectieuses, la césarienne est considérée moins risquée que l’accouchement naturel.

Conclusion : faites confiance aux équipes médicales

Donc voilà, comme je disais, c’est une question de balance bénéfices-risques. Il faut faire confiance aux équipes médicales également. Ils savent très bien mesurer cette balance bénéfices-risques, ils sont formés pour cela. Maintenant, sachez, vous êtes informé aujourd’hui, vous savez grâce à cette vidéo quels sont les risques de l’accouchement par césarienne, les risques de l’accouchement par voie basse et les avantages.

Maintenant, sachez que la décision, elle vous appartient à vous et vous seule. Et j’ai parfois quelques patientes qui viennent me voir et qui me disent, ” non non, mais alors moi, ce n’est pas possible, l’accouchement naturel je ne peux pas, j’ai trop peur de la douleur”. Je prends le temps de les écouter, de discuter avec elles, “bah voilà, qu’est-ce qui vous fait peur?”. Et la plupart du temps d’ailleurs, c’est des fausses peurs, c’est soit elles ont entendu, leurs mamans ou leurs tantes, un accouchement terrible… voilà. Et elles ont peur que ça se reproduise pour elles. Alors, on discute avec elles, on leur explique que non, aujourd’hui ça ne se passe plus comme ça, et qu’il y a des techniques pour gérer la douleur, qu’il y a la péridurale etc. Et malgré ça, si cette peur, elle vous hante, elle vous empêche de dormir, sachez que vous pouvez tout à fait demander une césarienne.

Votre corps, il vous appartient, vous faites ce que vous voulez avec votre corps. Et si jamais c’est pour d’autres raisons qui vous sont propres, vous avez tout à fait le droit de demander une césarienne. La césarienne, c’est une chirurgie qu’on maîtrise quand même, même s’il y a des sur-risques associés particulièrement si vous voulez un deuxième enfant.

Encore une fois, la décision, elle vous appartient, et dans ce cas-là, n’hésitez pas à… voilà, encore une fois, à changer de médecin si votre médecin ne veut pas vous faire de césarienne dite “de convenance”, je n’aime pas trop ce mot mais c’est comme ça qu’ils l’appellent. Dans certaines cliniques privées, ils sont d’accord pour le faire si vous le souhaitez.