Qu’est-ce que le travail prématuré ?

Le travail prématuré signifie que le travail commence trois semaines avant la date prévue de l’accouchement. Les contractions (les muscles du vagin qui se contractent) provoquent l’ouverture du col de l’utérus (l’extrémité inférieure de l’utérus) plus tôt que prévu. D’un pré-terme peut résulter la naissance d’un bébé prématuré. Cependant, le travail peut être interrompu pour permettre au bébé de grandir et de se développer dans l’utérus. Pour interrompre un pré-terme, on pourra vous demander de rester alitée, vous faire des injections par intraveineuse et vous donner des médicaments qui permettront la relaxation des muscles utérins. 

Quels sont les signes du travail prématuré ?

Il est important de reconnaître les signes d’un travail prématuré afin de vous faire aider et d’éviter à votre enfant de venir au monde trop tôt. Généralement, le travail prématuré n’est pas douloureux mais il y a plusieurs signes alarmants comme :

  • Une fréquence d’au moins quatre contractions ou raidissement des muscles utérins en une heure
  • Des contractions musculaires à faible ou forte intensité, de grosses douleurs au niveau du dos qui vont et viennent ou qui sont constantes (changer de position ou autres ne vous soulagera pas)
  • De faibles crampes abdominales qui pourraient ressembler à de petites douleurs intestinales (avec ou sans diarrhée)
  • Une pression croissante au niveau du bassin ou du vagin
  • Des crampes de type menstruel
  • Des pertes vaginales croissantes
  • Des fuites vaginales
  • Des saignements vaginaux
  • Des symptômes grippaux comme des nausées, des vomissements et de la diarrhée
  • De moins en moins de mouvements fœtaux (le bébé ne bouge plus autant que d’habitude)

Qu’est-ce que je dois faire si l’un de ces symptômes se manifeste ?

Appelez immédiatement votre médecin si vous avez :

  • Des fuites vaginales
  • Des saignements vaginaux
  • Une soudaine augmentation des pertes vaginales

Si vous avez l’un des symptômes suivants, allongez-vous et restez attentive aux contractions :

  • Des crampes de type menstruel ou abdominal
  • De faibles ou de grosses douleurs au niveau du dos
  • Des pressions au niveau du bassin ou du vagin
  • Des pertes vaginales inhabituelles

Pour les contractions, placez le bout de vos doigts sur votre bas ventre. Si vous sentez votre utérus se contracter et se décontracter, vous pourrez compter la fréquence de vos contractions. 

Si la fréquence de vos contractions s’élèvent à au moins quatre contractions par heure malgré vos changements de position et vos efforts pour vous détendre, appelez la personne qui suit votre grossesse.

Chronométrez vos contractions : Ecrivez le temps qui s’écoule entre le début d’une contraction et la fin de la contraction suivante.

Qu’est-ce que les fausses douleurs de travail ?

Vos muscles utérins commenceront à se contracter au quatrième mois de grossesse. Les contractions irrégulières et peu fréquentes portent le nom de contractions de Braxton-Hicks (aussi connues sous le nom de « fausses contractions »).

De cuisantes et lancinantes douleurs de chaque côté de l’abdomen et se déplaçant jusque dans l’aine (syndrome du ligament rond) peuvent être provoquées par les ligaments qui supportent votre utérus et sa croissance.

Pour vous soulager :

  • Changez de position ou d’activité
  • Assurez-vous de boire assez (au moins 6 à 8 verres d’eau, de jus de fruit ou de lait par jour)
  • Reposez-vous

Que se passe-t-il si votre médecin vous dit d’aller à l’hôpital ?

Après avoir parlé à votre médecin des symptômes d’un travail prématuré, il ou elle pourra vous dire d’aller à l’hôpital.

Lorsque vous y serez :

  • On vous demandera de porter une blouse d’hôpital
  • On vérifiera votre pouls, votre pression sanguine et votre température
  • On mettra un moniteur sur votre bas ventre pour contrôler les battements du cœur du bébé et évaluer les contractions utérines
  • On vérifiera si votre col est en train de s’ouvrir.

Si vous êtes en plein travail prématuré, on vous prescrira peut-être des médicaments pour interrompre le pré-terme, laissant ainsi à votre bébé plus de temps pour se développer dans l’utérus.

Si le pré-terme est trop avancé et qu’il est impossible de l’interrompre, vous serez probablement obligée d’accoucher.

En revanche, si vous n’êtes pas en plein travail, vous pourrez retourner chez vous.

L’accouchement prématuré

On appelle « prématuré » un enfant né avant 37 semaines d’aménorrhée. Un bébé prématuré aura de bonnes chances de survie s’il naît après le septième mois mais il devra peut-être rester à l’unité néonatale de soins intensifs de l’hôpital. Si le bébé naît avant les sept mois, il ou elle devra rester obligatoirement en soins intensifs à l’hôpital, où on lui administrera des soins spéciaux pour lui laisser le maximum de chance de survie.

Les bébés prématurés sont d’autant plus fragiles que nés loin du therme. 

On peut distinguer 3 niveaux de prématurité:

  1. Le prématuré né de 32 à 36 semaines d’aménorrhée révolues (prématurité moyenne)
  2. Le prématuré né de 28 à 32 semaines d’aménorrhée (grand prématurité)
  3. Le prématuré né avant 28 semaines (très grande prématurité)

Parmi les enfants qui naissent prématurément, 85% sont des prématurés moyens, 10% sont des grands prématurés et 5% sont de très grands prématurés.

Sachez que la grande majorité des futures mamans va jusqu’au terme et que seulement 6 à 7% des femmes accouchent prématurément.